L'histoire du Mont de Piété de Nancy entre 1630 et 1664

Publié le par Généalogie Magazine

couverture montpiete Philippe RousselPeu d’ouvrages ont été consacrés à l’histoire des Monts de Piété anciens, sans doute en raison de la rareté des documents s’y rapportant, le plus souvent détruits lors de leur disparition. Et lorsque les auteurs se sont penchés sur l’étude de ces établissements, leur approche est toujours impersonnelle, les acteurs de ces Monts étant sacrifiés aux mécanismes financiers.
Par chance, les Archives de Nancy nous ont permis de mettre un nom sur ces personnages qui ont fait la vie quotidienne du Mont de Piété établi dans la capitale lorraine. Créé en 1630, après plusieurs tentatives ratées, par le duc Charles IV de Lorraine, ce souverain va confier à Charles Mus, ancien lombard et directeur du Mont de Piété de Thuin, en principauté de Liège, un entrepreneur hors du commun, la mise en œuvre d’un semblable établissement à Nancy.
Malgré des conditions épouvantables que le poète Jean Héraudel résume en quatre alexandrins :
« A trois cruels meurtriers te voit abandonné
L’air, le ciel et la terre, à ta perte animés
Y jetant d’un seul coup les brandons allumés
de peste, de famine et de guerre ensemble »

Notre administrateur, puis sa femme Hélène de Grassis, également d’une famille d’usuriers lombards, et enfin leur fils Basile Mus vont réussir à maintenir cette institution jusque vers 1663.
Au fil des pages, c’est l’activité journalière du Mont qui prend corps : bâtiments, collecte de l’épargne, créanciers, biens confiés, organisation des ventes, personnel etc. Mais c’est aussi l’incroyable saga d’une famille dont l’histoire se confondera, pendant plus de 30 ans avec celle de la capitale lorraine et de ses habitants : la lutte contre la peste qui décime la ville et emportera Charles Mus, l’occupation française, les liens étroits avec la famille Callot, le peintre Georges de la Tour, la noblesse nancéenne, l’établissement des enfants du couple, la fuite d’Hélène de Grassis à Bruxelles avec une grande de partie des gages, la banqueroute, l’emprisonnement de Basile Mus dans les geôles ducales. Le Mont, essentiellement dans l’intérêt des créanciers, sera maintenu en activité pendant encore une quinzaine d’année. Il disparaîtra définitivement en 1664 pour sombrer dans l’oubli dont nous l’avons tiré.

 

L'auteur

Philippe Roussel, juriste d’entreprise, est déjà l’auteur d’un premier ouvrage intitulé «Les forges de Framont sous la famille Mus », réalisé par les Editions Christian. Il termine le dernier volet de cette trilogie consacrée à la descendance masculine et féminine de Charles Mus.

 

Prix 39,00 €

Pour commander le livre cliquer ici

 

Publié dans Livres

Commenter cet article