Généalogies célèbres - Arielle Dombasle

Publié le par Généalogie magazine

Arielle Dombasle
Tour à tour actrice, chanteuse et réalisatrice
Luc Antonini

Arielle Sonnery prend le pseudonyme de Dombasle, le nom de jeune fille de sa mère décédée trop tôt. Elevée par ses grands parents à l'ambassade de France au Mexique, la jeune Arielle rêve très tôt d'une carrière artistique.


Origine du nom
Surtout porté dans le Rhône, devrait désigner celui qui est originaire de La Sonnery, hameau à Dareizé (69), ou encore de La Sonnerie, autre hameau à Valsonne (69).

Les Sonnery en France
109 personnes portent le nom Sonnery aujourd'hui en France selon les estimations de L'Internaute. Le nom Sonnery figure au 89 478e rang  des noms les plus portés en France.

Biographie :
Arielle Laure Maxime Sonnery dite Arielle Dombasle, est née le 27 avril 1953 dans le Connecticut aux États-Unis (même si son site officiel mentionne 1958 comme année de naissance), de Jean-Louis Melchior Sonnery, industriel au Mexique et de Françion Garreau-Dombasle. Elle est la muse d’un grand nombre d’artistes et toute sa vie se déroulera comme un roman.
Après le décès de sa mère, à l’âge de 34 ans, Arielle Sonnery emprunte le pseudonyme d’Arielle Dombasle. Elle est élevée au Mexique par son grand-père ambassadeur à la retraite et sa grand-mère, voyageuse fantasque. Après quinze ans de danse classique, de théâtre dans une petite troupe qu’elle a montée elle-même, des études au lycée français de Mexico, à 18 ans, Arielle s’est forgé une personnalité d’artiste trilingue issue de 3 cultures : le français, l’anglais et l’espagnol.
En 1976, Arielle Dombasle arrive à Paris pour suivre des cours de danse, de chant, d’art dramatique et de comédie au Conservatoire international de musique de Paris. En 1978, elle débute au cinéma avec Eric Rohmer dont elle devient l’actrice fétiche. Avec lui, elle tourne Perceval le Gallois, Pauline à la plage, écrit 20 ans plus tôt pour Brigitte Bardot, Beau Mariage, et L’arbre, le maire et la médiathèque. Très vite, d’autres grands cinéastes s’intéressent à elle. Elle devient l’égérie de l’univers baroque de Raoul Ruiz avec lequel elle tourne Le temps retrouvé, Fado, majeur et mineur et Les âmes fortes. Pourtant à partir des années 90, elle brise cette image d’actrice intellectuelle et pour démontrer son sens de l’autodérision, participe à des comédies à succès telles que Un indien dans la ville ou encore Astérix et Obélix contre César.
Arielle Dombasle est aussi une des premières jeunes artistes à passer derrière la caméra. Elle réalise Chassé-croisé en 1982 et Les pyramides bleues en 1988. A la télévision, elle incarne Sissi impératrice rebelle de Jean-Daniel Verhaeghe en 2004 et Milady de Josée Dayan en 2006.
Mais c’est dans le chant qu’Arielle Dombasle démontre toute l’étendue de son talent : quatre de ses albums sont couronnés de succès, trois disques d’or et un double disque de platine. Elle reçoit la Légion d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. Depuis février 2007, elle interprète les chansons de Dolores Sugar Rose au Crazy Horse dans des tableaux très sensuels, mis en scène par Molly Molloy, et au théâtre des Franciscains à Béziers, interprète Don Quichotte contre l’Ange Bleu, de Jérôme Savary.

Origine de la famille
Jehan Cottet de la Sonnerie,  marié à Jeanne Cottet dont : Jeanne, Benoit, Claude qui suit, Catherine, Antoinette, Antoine,  Pierre, Claude et Blandine.
Claude Sonnery Cottet, né à Saint-Clément-sur-Valsonne (69) en juin 1611. Il épouse à Saint-Clément-sur-Valsonne (69) le 23 janvier 1635 Rolline Pradel (1617-1665) fille de Jehan Pradel dont :
Claude Sonnery Cottet, qui voit le jour à Valsonne le 10 janvier 1639, et meurt le 3 février 1697, il avait épousé à  Saint-Clément-sur-Valsonne le 17 septembre 1669 Pierrette de La Coste, née à Saint-Clément-sur-Valsonne (69) le 18 octobre 1644. Elle s’éteint à Valsonne (69) le 3 octobre 1699, fille de Louis de La Coste et de Claudine Bonnepart.
Antoine Sonnery,  laboureur, né  à Valsonne (69) le 7 mars 1674, décédé à Valsonne (69)  le 9 mars 1730. Il prend pour femme dans son village le 25 janvier 1700 Claudine Chermette  qui comme son époux est née à Valsonne (69) le 6 juillet 1682. Elle meurt le 11 novembre 1760, fille d’Antoine dit Coste Chermette et de Michelle Garel. Le ménage a quatre enfants : Antoine (1702-1777), Claudine, Claude qui suit et Antoinette (1722-1770).
Claude Sonnery, propriétaire, tisserand, né à Valsonne (69) le 4 mars 1719, décédé à Valsonne (69) le 28 mars 1799. Il épouse  à Valsonne le 4 février 1755 Marie Dubost, née le 12 mars 1722, fille de Charles Dubost et Marie-Anne Sonnery de cette union sont nés : Antoine-Marie (aîné)  qui suit et Antoine.

Généalogie Magazine n° 354

 

Commenter cet article

Angelilie 26/03/2017 14:44

toujours un plaisir de flâner sur vos pages. au plaisir de revenir