Le blog de Généalogie-Magazine

Jean-Claude Carrière
Un esprit libre

par Anne-Marie Rouillé Gayral

Romancier, scénariste, réalisateur, dramaturge, poète, comédien, metteur en scène, humoriste et plus encore… Résumer Jean-Claude Carrière est une mission presqu’impossible…
Curieux de tout, grand voyageur, gourmand de vie, il s’intéresse à tout et à tous. Simple et génèreux, honnête homme du XXIe siècle, il a une vie riche et bien remplie. Né à Colombières sur Orb, dans les hauts cantons du département de l’Hérault, le 17 septembre 1931, dans une famille de viticulteurs, Jean Claude Carrière reste fidèle à ce lieu où il réside plusieurs mois par an.

Son père, Félix, est né dans ce village le 9 avril 1899 ; il a un frère aîné, François qui sera tué aux Dardanelles le 8 novembre 1915. Jean Claude considère que ce décès est à l’origine de sa naissance : « si François avait vécu, étant l’aîné il aurait succédé à son père, à la tête de la propriété, et mon propre père aurait du quitter les lieux ; il n’aurait jamais alors rencontré ma mère et je ne serais pas né » dit-il. Félix Carrière a en effet épousé Alida Salles le 9 janvier 1930 à Saint Martin d’Arçon, village voisin de Colombières sur Orb d’où elle est originaire. De souche héraultaise, il se rattache par l’ascendance de sa grand-mère paternelle à une branche des De Caylus, seigneurs de Colombières et d’Olargues. Lignée descendant elle même des Seigneurs de Rouergue ; cette branche a dérogé après s’être ruinée dans les guerres de religion ; elle figure dans l’ascendance de Jean Claude Carrière sous le nom de Caylus de la 8e à la 11e génération et de De Caylus de Colombières dès la 12e génération. En 1941, il entre comme pensionnaire au collège religieux d’Ardouane, proche de Saint Pons (Hérault).

En avril 1945, son père souffrant d’une maladie cardiaque ne peut plus assurer le rude travail de la terre et la famille « monte » vers la capitale ; ses parents tiendront un bistrot à Montreuil-sous-bois. Il poursuivra ses études au lycée Voltaire, puis au Lycée Lakanal et à l’École Normale Supérieure de Saint Cloud. Licencié ès lettres et diplômé en histoire, il abandonnera rapidement sa vocation d’historien pour le dessin et l’écriture.

En 1957, il publie son premier roman Le Lézard qui sera le début d’une carrière d’écrivain : L’Alliance, Dictionnaire de la Bêtise cosigné avec Guy Bechtel, Anthologie de l’Humour 1900, La Controverse de Valladolid récit, Simon le Mage, Regard sur le visible cosigné avec Jean Audouze, À la recherche du Mahabharata, carnet de voyage en Inde avec Peter Brook 1982-1985, Le cercle des menteurs, Le vin bourru, autobiographie de sa jeunesse à Colombières sur Orb, Le dictionnaire des révèlations, Le dictionnaire amoureux de l’Inde, Les mots et la chose, La force du bouddhisme cosigné avec le Dalaï Lama, Les années d’utopie, Détails de ce monde, Einstein, s’il vous plaît, Fragilités, Les fantômes de Goya cosigné avec Milos Forman, L’ordre du monde cosigné avec Lorette Nobécourt, Tous en scène, Le second cercle des menteurs, Dictionnaire amoureux du Mexique, Le Mahabharata, N’espérez pas vous débarasser des livres cosigné avec Umberto Eco, Esprit libre entretiens avec Bernard Cohn…


Patronymes étudiées : Astruc - Barral - Carrière - Cazals - Cot - Fouilhé - Gassenq - Goudou - Libes - Martin - Mas - Miquel - Pagès - Rigal - Roger -Rouch - Sahuc - Salles - Sallette - Sèbe - Soulignac - Teisseire - Théron - Villebrun.

 

Généalogie Magazine n° 325-326

Lun 10 déc 2012 Aucun commentaire