Nouveau site internet Inventaire des Fours à pain de Bretagne

Publié le par Généalogie magazine

AU MOYEN AGE : UN DROIT SEIGNEURIAL

Au Moyen Age, le seigneur impose l’utilisation du four à pain au peuple contre des redevances ayant ainsi le monopole de la vente de pain. Le pain était cuit par un fournier, au nom du seigneur. Le prix de la redevance variait selon l'emplacement du four implanté en campagne ou dans le bourg.

À la Révolution : l'abolition

En 1703, une ordonnance de Louis XIV met fin à l'obligation du droit. L'arrêt du 19 août 1751 énumère les inconvenants de la banalité, conduisant à son abolition dans la nuit du 4 août 1789 avec pour principale raison : « l’embarras et la dépense de porter et de rapporter une grande quantité de pâte, l’impossibilité de faire cuire des pâtes différentes dans le même four, les pertes que les boulangers en souffriraient ayant à répondre du poids et la cuisson, du pain. » Les fours deviendront des biens communaux.

Après la Révolution : la disparition progressive des fours

L'usage des fours est perpétué jusqu’aux environs de 1850, beaucoup de fermes, hameaux, communes possédaient leurs propres fours. Les fourniers continueront à faire cuire le pain, mais au XIXᵉ siècle, l'arrivée des boulangers fera peu à peu disparaître cette profession, mais aussi l'utilisation des fours de campagnes. Malgré tout, les personnes ayant des fours privés, ainsi que les communes font en sorte de maintenir en état leur four, notamment pendant la Seconde Guerre Mondiale, à cause des restrictions alimentaires. Mais le déclin se fera d'autant plus ressentir à la fin de cette période.

http://fours-a-pain-de-bretagne.genehisto-campeneac.fr/

Publié dans Actualités, France, Internet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article